Alors que l’Europe a étendu sa civilisation à l’ensemble du monde de la fin du 15ième siècle à celle du 19ième, son déclin a commencé avec le début du 20ième siècle. Les années 1905 (défaite de la Russie devant le Japon), 1942 (prise de Singapour aux Anglais par les Japonais), 1954 (défaite des Français à Dien Bien Phû), 1975 (évacuation du Vietnam par les Etats Unis d’Amérique), 1990 (évacuation de l’Afghanistan par les Russes) marquent les principales étapes du recul de « l’Occident » qui s’explique en grande partie par le développement à partir de 1815 du principe des nationalités qui exacerbera les rivalités nationales en Europe.


Ces rivalités entre nations européennes et les guerres civiles européennes qu’elles ont
engendrées ont épuisé tous les Etats
européens, ont conduit au recul de leur
influence respective dans le Monde et
globalement à celle de l’Europe l’amenant à sa mise sous tutelle des Etats Unis d’Amérique, véritable nouvel Empire Romain d’Occident dont les états nationaux européens ne sont que des vassaux.

Le XIXième siècle a vu se développer le déclin démographique et le vieillissement de la population européenne, la crise économique des années 30 et celle des années 70 qui se prolonge encore aujourd’hui ; le triomphalisme apparent des Etats Unis d’Amérique dans la dernière décennie ressemble beaucoup au dernier sursaut avant la mort.
La nouvelle renaissance de la civilisation
occidentale ne viendra pas du nouvel empire
d’occident que sont les Etats Unis d’Amérique mais de notre vieille Europe Réunifiée.


En effet la civilisation occidentale, telle que nous la concevons en Europe occidentale, a apporté à ses habitants un système de valeurs garantissant le respect des droits de l’homme, la laïcité et les libertés religieuses, un certain humanisme, une prospérité certes moins grande que celle des
Etats Unis d’Amérique mais certainement mieux répartie et offrant une bien meilleure qualité de vie inégalée dans le reste du Monde .
Or l’assimilation de populations non occidentales, inéluctablement de plus en plus nombreuses, ne se passera sans heurts que si celles-ci continuent d’admirer elles aussi notre système de valeurs- ce qui est de moins en moins le cas- parce que, à la différence des citoyens américains, nous nous sommes mis à douter à tort de notre civilisation alors que nous devons en être fiers et être convaincus qu’elle est celle jusqu’à présent qui a assuré la meilleure plénitude à l’individu. Comme l’a dit en 1997, Mr Giovanni Agnelli : « L’Europe n’a plus guère que sept à huit ans pour tenter d’éviter une décadence qui apparaît quasi-inéluctable ». Sa réunification devient urgente, à défaut comme l’a écrit Mr J.C Barreau dans son ouvrage" l’illusion de l’an 2000" : « le risque est grand de voir s’installer une mérovingisation planétaire bien plus grave que celle qui succéda à l’empire romain car il n’y a plus nulle part de zone protégée, d’empire byzantin ou de
Constantinople ; car il n’y a plus de recours moral, les religions étant aujourd’hui fatiguées ou
intégristes ; nous sommes aujourd’hui menacés d’un effondrement comparable à celui qui frappa l’époque mérovingienne. Notre capital moral est épuisé. L’Histoire est tragique »